PRINCIPE D’AUTO-GUERISON

Le modèle de santé actuel désigne le symptôme comme quelque chose de négatif. Diarrhées, fièvres, éruptions cutanées, hypertension artérielle, cystite sont autant de maux qui déclenchent chez nous peur et anxiété.
L’arsenal thérapeutique déployé va avoir pour but de les faire disparaître.
Si nous prenons des médicaments, c’est bien pour ne plus sentir la douleur ou autres manifestations cliniques. Il faut l’avouer dans de nombreux cas la prise d’un médicament soulage rapidement.
Cette approche pose, selon nous, deux problèmes majeurs :
– Tout d’abord, la prise de médicaments n’est pas sans conséquence pour l’organisme. Il suffit de lire les notices pour s’en rendre compte.
– Ensuite, nous pensons qu’il existe un réel danger à faire disparaître les symptômes sans comprendre l’origine de leur manifestation. De petits signes sont parfois annonciateurs de manifestations beaucoup plus virulentes.

Et si nous changions de modèle?

Un modèle selon lequel, le symptôme est un allié, un processus de régulation mis en place par le corps pour lui permettre de revenir à son état d’équilibre.
L’inflammation, par exemple, est un ensemble de réactions tout à fait normales et nécessaires par lesquelles l’organisme reconnaît, détruit et élimine toutes les substances qui lui sont étrangères.
La persistance de symptômes doit encourager le thérapeute à chercher pourquoi le corps ne parvient pas à s’auto-réparer.
Cette démarche est essentielle, si vos symptômes ne disparaissent pas naturellement alors il faut comprendre ce qui perturbe le processus.
La localisation et le traitement de la cause permettront de rétablir les conditions favorables à l’auto-guérison.
Plusieurs médecines dites alternatives ou naturelles partagent ce modèle. Claude Bernard en parlait sous le nom d’homéostasie.
Pour notre part nous allons développer cette approche sous le regard de l’ostéopathie.
Nous sommes  profondément convaincus que la normalité du corps est d’être en bonne santé, en équilibre, aussi bien sur le plan physique que psychique.
Lorsqu’un patient vient nous consulter pour un problème de santé, peu importe la gravité du problème, notre démarche sera toujours la même : chercher ce qui perturbe l’équilibre du corps !
Nous savons que le corps a la capacité de s’auto-guérir si nous enlevons la cause de son dysfonctionnement.

Cette approche peut être déstabilisante dans notre modèle de santé actuel. Dès lors que nous mettons un nom (maladie) à un ensemble de symptômes, nous classifions et hiérarchisons forcément ces maladies. Une thyroïdite est plus grave donc plus compliquée à soigner qu’une tendinite !
En ostéopathie nous ne raisonnons pas du tout comme ça.
La seule classification que nous faisons se base sur les capacités d’adaptations présentes chez le patient, sa réalité clinique. Cela va conditionner nos décisions thérapeutiques.
Certains patients, dont les constantes vitales sont engagées, se verront systématiquement réorientés vers leur médecin traitant, afin de bénéficier d’une aide médicamenteuse indispensable. Il ne s’agit pas d’être dans l’idéologie, nous devons agir au mieux pour nos patients.

L’ostéopathe, par sa qualité palpatoire et sa capacité à voir le patient dans son ensemble, est le thérapeute de choix pour déterminer ce qui est à l’origine des maux du patient. Nous affirmons que de très nombreuses maladies étiquetées comme « chroniques » (c’est-à-dire à vie) peuvent être totalement guéries dès lors que nous donnons aux corps les moyens de le faire.

Ce qui fait la force de l’ostéopathe est qu’il ne cherche pas à faire taire un symptôme. C’est pour lui un indicateur précieux. Si l’on masque le symptôme avec un anti-inflammatoire par exemple, nous coupons la communication avec le corps. Le risque évident est une progression de la problématique du patient mais à bas bruit… Imaginez un début d’incendie dans une maison, le détecteur de fumée va se déclencher pour nous avertir d’un problème. Si nous coupons l’alarme sans déterminer l’origine de l’incendie, nous ne serrons plus gêné par le bruit très aigu de l’alarme !
Mais le feu va envahir toute la maison, sans bruits…

Concrètement, si vous souffrez d’une tendinite, la prise d’anti-inflammatoire va peut-être faire disparaître la douleur mais ne va pas résoudre l’origine du problème. Que se passe-t-il lorsque nous ne sommes pas à l’écoute de notre corps ? Eh bien le corps va trouver des signaux d’alarme de plus en plus forts pour vous faire comprendre qu’il y a un problème. Partant d’une simple tendinite, certains patients se retrouvent des années après avec un état inflammatoire généralisé ! Notons que les signaux sont plus forts mais l’origine est toujours identique à la problématique de départ…

Voilà pourquoi l’ostéopathe ne s’intéresse pas à la maladie, que le patient nous consulte pour une tendinite, une thyroïdite d’Hashimoto ou un cancer. Notre démarche sera toujours identique. Chercher ce qui empêche le corps d’être dans son état normal d’équilibre.
Cette approche souvent méprisée par la médecine actuelle est pourtant d’une pertinence et d’une efficacité remarquables ! Elle redonne au corps sa juste place. Cherchez les réponses dans votre mode de vie, dans votre corps. Modifiez ce qui ne va pas et vous verrez… La génétique, la malchance, le hasard n’ont, pour nous, rien à voir avec votre problématique!

 

Remi AMATE, ostéopathe D.O.
www.osteopathebordeaux.net

Partager :
Share